Le jeu américano-russe. Histoire et implications

 

Par Gordon M. Hahn – Le 5 décembre 2017 – Source Son blog

 

Les nouvelles « révélations » selon lesquelles Hillary Clinton, son bureau de campagne présidentielle et le Comité national démocrate sont à l’origine du « dossier Trump » largement discrédité, et ont financé ses exécutants, GPS Fusion et l’ancien agent de renseignement britannique Richard Steele, ainsi que la nouvelle selon laquelle un enquêteur du FBI a été retiré de l’injonction à témoigner pour l’empêcher de témoigner sur les pots-de-vin qu’a reçu Clinton pour avoir accordé à la Russie l’accès à 20% de l’uranium américain, ont entrainé une nouvelle vague de démentis. Certains faiseurs d’opinion américains, comme Glenn Beck, affirment que cela démontre que le dossier financé par Clinton, l’affaire de l’uranium et la prétendue collusion de Trump avec la Russie « ne concerne pas Donald Trump et n’a rien à voir avec Hillary Clinton » mais a plutôt à voir avec la Russie. En d’autres termes, l’implication présumée de la Russie avec Trump maintenant et les Clinton avant « a corrompu les deux partis » selon Beck. Les Américains devraient donc en conclure que ni les Clinton, ni les Trump, ni la politique de plus en plus sordide de l’Amérique ne sont à blâmer. Au contraire, une fois de plus, seuls Poutine et la Russie sont à blâmer. Poutine a corrompu la politique américaine, et les Américains n’ont pas pu y faire grand chose. Cela laisse donc de l’espace pour que les Étasuniens continuent à faire la morale à Moscou et au reste du monde, poursuivent les sanctions qui affaiblissent l’économie mondiale et l’expansion de bases militaires dans toute l’Eurasie – la recette pour un désastre mondial.

Beck prétend que « Vladimir Poutine corrompt les deux camps ». Non, Poutine a été capable de traiter et négocier avec des Républicains et des Démocrates déjà corrompus. La longue et riche histoire de corruption politique ou d’autres formes de corruption parmi les Clinton est bien connue, et pourtant une partie de l’opinion publique américaine a à plusieurs reprises, sur plusieurs décennies, continué à soutenir et à voter pour les Clinton et leurs alliés. Les conservateurs comme Beck (et moi-même) s’opposent à la corruption du Parti républicain et aux accommodements des Démocrates. Faut-il en conclure que Whitewater, Monicagate, etc., etc., etc. sont postérieurs à la corruption russe, l’implication présumée de la Russie dans notre système et son influence présumée sur celui-ci?l

Lire plus voir: http://lesakerfrancophone.fr/le-jeu-americano-russe-histoire-et-implications

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

About Gordon M. Hahn